Lancé en 2010 par Peter Sunde et Lunis Olsson, Flattr (à prononcer “Flatteur”) est un système de micropaiement social qui pourrait bien faire des heureux.

L’idée est simple et surtout communautaire: il s’agit d’apporter son soutien financier, même minime, aux producteurs de contenus en tout genre. Ce genre de don ne coute pas grand-chose et permet de dépasser le simple système du “like“.

Comment procède-t-on ?

Pour utiliser Flattr, il suffit de s’inscrire et de réaliser un virement bancaire sur son compte. Après quoi, libre à vous de définir un budget mensuel, et de commencer vos dons grâce à un simple clic sur le bouton prévu à cet effet.

A la fin de chaque mois, Flattr divise le budget que vous aviez décidé par le nombre de dons réalisés, et reverse sa part à chacun des destinataires.

Simple, non ? Mais ce qui rend cette initiative intéressante, c’est qu’elle privilégie une approche sociale du don. Certes, cela permet aux utilisateurs de gagner quelques sous à la seule raison d’être “aimés”, mais c’est aussi une façon d’encourager la créativité de certains et surtout d’apporter un peu de reconnaissance à de parfaits inconnus.

Maintenant sur les principaux réseaux

Flattr, qui peinait à prendre son envol, s’attaque désormais aux principales plateformes et réseaux que vous fréquentez, comme Twitter, Instagram, Soundcloud, Flickr et j’en passe.

Il vous suffira de lier tous vos comptes à celui de Flattr, et un système de notification vous préviendra lorsque de l’argent vous aura été versé. Intéressant non ?