Dimanche 23 février, la 85eme cérémonie de remises des Oscars s’est tenue à Hollywood. Tandis que L’odyssée de Pi d’Ang Lee recevait plusieurs Oscars (meilleur photographe, meilleure musique, meilleur réalisateur, meilleurs effets spéciaux), les patrons de Rhythm and Hues, société à l’origine des effets, ont été confronté à une censure improbable lorsqu’ils exprimaient leur gratitude au public. Les faits Alors que Bill Westenhofer prenait la parole, la musique des dents de la mer a couvert sa voix, et le micro fut coupé quelques secondes après, lui empêchant ainsi d’évoquer la situation critique de Rhythm and Hues, actuellement en faillite. Tout artiste VFX pourra vous le dire : cette profession n’est pas assez reconnue dans le milieu. Quand on sait que les films remplis d’effets spéciaux génèrent des milliards de dollars de bénéfice mais que les studios responsables de ces effets ne sont pas payés, il y a de quoi s’indigner.

Une manifestation à travers les réseaux

Afin d’exprimer leur mécontentement, près de 500 artistes VFX ont lancé un mouvement, qui a d’ailleurs sa propre page Facebook. Sous-payés et surexploités, les précurseurs de ce mouvement ne réclame rien d’autre que de la reconnaissance. Symbolisé par un avatar vert, qui fleurit un peu partout sur le réseau social, ce mouvement rassemble les artistes concernés et les sympathisants. Sur Twitter, plusieurs hashtags sont mis en place pour signaler les tweets sur le sujet, tels que #vfxprotest#vfxunited, #vfxunion ou encore le classique #vfx. On peut également observer plusieurs images de films qui illustrent un avant / après passage des artistes VFX, pour insister l’importance de leur travail. On espère que le « Printemps VFX » débouchera sur une réelle révolution pour ces artistes.