Disponible depuis le 24 janvier, l’application Vine récemment acquise par Twitter a réussi à faire parler d’elle avec ou sans polémique. Retour sur un lancement qui n’est pas passé inaperçu. Uniquement disponible sur iOS, la nouvelle application de Twitter qui permet de créer des vidéos courtes vient jouer sur les plates-bandes des autres services de microblogging vidéo tels que Viddy ou encore Socialcam. La réelle différence est que la limite imposée de 6 secondes à toutes les vidéos rend la plateforme extrèmement attractive, sans parler du fait que Vine est propulsée par Twitter et donc possède une diffusion maximale dès son lancement.

Vine n’est pas à l’origne du video microblogging

Présent depuis 2007, le vidéo microblogging n’a jamais percé faute d’ambassadeurs souhaitant s’impliquer. Pourtant, certains s’accrochent comme ils peuvent à l’instar de Socialcam (une application créée par JustinTv). Il faut dire que nos smartphones excellent dans l’appropriation des réseaux sociaux mais restent limitées en ce qui concerne le stream vidéo, très lourd à uploader et à charger même avec une connexion 3G. Les limitations techniques dues aux opérateurs ont fait que ces outils n’ont jamais vraiment percé chez le grand public. Plus intéressé par le texte ou la photo avec Twitter, Facebook et Instagram qui sont les 3 applications sociales les plus utilisées sur smartphone. Vine Tap

Vine profite du succès de Twitter et se met à dos Facebook

Être l’enfant d’une personne célèbre vous ouvre des portes mais vous en ferme également. Vine est la propriété de Twitter et la société veut que ça se sache. Vous êtes déjà inscrit à Twitter? L’utilisation de Vine vous sera des plus aisées sinon une adresse mail suffira pour vous inscrire. Par contre si vous souhaitiez utiliser Facebook pour vous connecter, c’est râté. L’explication est double : Depuis le rachat d’Instagram, Twitter qui souhaitait également s’approprier le réseau de photos a complètement bloqué l’application sur sa plateforme. Il est très vite devenu impossible de voir des photos provenant d’Instagram chez Twitter. Pour aller plus loin, Twitter a très vite rendu disponible l’utilisation de filtres pour les utilisateurs du service sur mobiles. Instagram n’est pas la seule victime de l’acharnement de Twitter. Plusieurs changements dans son API ont causé la perte de centaines de services jugés bien trop intruisifs. Mais la principale raison est que sur les images et vidéos mobiles, Facebook et Twitter sont dans une guerre sans merci. Facebook a lancé l’année dernière son application dédiée à la photo avec évidemment comme seule possibilité d’inscription : la connexion via un compte Facebook. Aucun partage sur d’autres réseaux n’est disponible. VineTwitter rend bien le partage sur Facebook possible mais il semblerait que Facebook ne l’entende pas de cette oreille. Depuis aujourd’hui l’application serait totalement bloquée sur le réseau au 1 milliard de membres pour certains utilisateurs (source).

Vine déjà malmenée par le hashtag #porn

On sait que Vine est uniquement disponible sur iOS et on sait aussi qu’Apple n’est pas très tendre avec toutes les applications qui proposent du contenu explicite ouvert à tous. Vine n’interdit pas les contenus pornographiques dans ses conditions d’utilisations, en fait Vine ne pose aucun interdit et met simplement en garde ses utilisateurs en rappelant que « Vous devez uniquement publier des contenus que vous êtes sûrs de vouloir partager avec les autres ».  Toutefois, Apple a récemment démontré avec la suppression de l’application 500px qu’elle ne cotionnait en aucun cas les applications qui héberge du contenu explicite sans avertissement préalable pour l’utilisateur. Si l’application venait à disparaître des appareils iOS (iPhone et iPad) elle serait à l’heure actuelle disponible sur aucun support. Twitter tente bien de rassurer ses utilisateurs en indiquant que : « Les utilisateurs peuvent signaler les vidéos comme étant inappropriées s’ils trouvent que le contenu est sensible ou inappoprié (nudité, violence, procédures médicales), a expliqué Twitter dans un communiqué. Les vidéos qui auront été signalées seront accompagnées d’un message d’avertissement faisant que l’utilisateur doit cliquer pour voir la vidéo. » Vine Porn Warning Les premiers messages d’avertissements ont déjà fait leur apparition et Twitter précise que les vidéos et comptes signalés pourront être supprimés.

Un succès éphémère?

Pourquoi Twitter se lance dans le vidéo microblogging alors que la technologie possède encore les mêmes limites qu’en 2007 (vidéos très lentes à charger sur un iphone 5 en H+) et que des applications dédiées comptent déjà des utilisateurs mais pas par millions? Certainement parce que justement il n’y a pas encore de véritable marché et que la promotion offerte par Twitter ne peut être que profitable à Vine. Nous pouvons également considérer Vine comme une application test d’une futur implantation de la vidéo courte directement dans l’application Twitter. La simplicité de Vine est un atout indéniable à sa démocratisation (vous touchez l’écran, la vidéo s’enregistre, vous relachez, l’enregistrement s’arrête) mais l’aspect gadget qu’il en ressort nous force à rester prudent sur l’avenir d’une telle application. Si Vine rencontre un succès relatif celui-ci serait totalement éclipsé si un jour Instagram (Facebook) se mettait à proposer de la vidéo en complément des photos. Pour l’heure, seule l’application Cinemagram s’est empressée de proposer la vidéo à ses utilisateurs pour ne pas les voir disparaître au profit de Vine. Quoi qu’il en soit on reste dubitatif quand à l’intérêt au quotidien du vidéo microblogging pour les particuliers. Les marques quant à elles vont s’empresser d’aller chercher dans cet outil un nouveau moyen de devenir encore plus viral mais là où chacun souhaite unifier son réseau, Vine vient le déstructurer en proposant encore une nouvelle plateforme. Un choix peu judicieux pour Twitter qui aurait du s’inspirer de Facebook qui malgré plusieurs applications reste dépendante d’un seule réseau, où tout est posté et où tout est lu, le sien.