Il est très facile de raconter sa vie avec 140 petits caractères ou un statut. Cependant, on ne pense pas assez au fait que ce qui est écrit sur le Net ne peut plus être retiré. Attention, donc, aux emportements impulsifs, notamment envers votre travail, ou pire, votre patron. Avec le site FireMe!, vous allez vite vous rendre compte que vos tweets peuvent avoir des conséquences. Crée par Ricardo Kawase et d’autres chercheurs de l’université de Hanovre, FireMe! a pour but de faire prendre conscience aux utilisateurs du Web que leurs écrits ne sont pas sans conséquences. En effet, certains tweets, statuts, posts de blog, peuvent entrainer des poursuites, en particulier de la part des employeurs.

Attention aux licenciements

FireMe! marche de la façon suivante : avec un algorithme, le site scanne l’historique de vos tweets. En se concentrant sur des mots clé, ce site permet donc de savoir si vos tweets comportent un risque de vous faire virer. Chaque fois qu’un tweet entre dans le champ de FireMe!, la personne qui l’a posté recevra un message, simplement pour lui rappeler que son tweet est public. 4304 alertes ont été comptabilisées. Les tweets sont répertoriés selon 4 catégories :
  • Les Haters, ceux qui se « contentent » d’indiquer qu’ils détestent leur boulot
  • Les Patrons Horribles. C’est un cran au-dessus puisqu’il s’agit ici de viser une personne en particulier
  • Les rapports sexuels, en particulier en Amérique, où vous pouvez lire de jolis « F*** my boss. »
  • Et les Tueurs potentiels. Qui n’a jamais rêvé de tuer son patron? Mais de là à l’exprimer sur les réseaux…
Si vous vous reconnaissez dans ce genre de tweets, pourquoi ne pas faire le test ?