Si les réticences étaient fortes au départ, le succès du e-commerce ne fait plus aucun doute ! Et ce ne sont pas les internautes françaises qui diront le contraire comme le prouve l’observatoire CSA pour eBay et terrafemina. Selon l’observatoire ebay terrafemina sur les usages du e-commerce chez les femmes, 97% des internautes françaises entre 20 et 60 ans ont déjà acheté sur Internet. Ces achats se font avant tout pour elles-mêmes (48%) mais également, dans de moindre proportions, pour leurs enfants (22%) et leur conjoint (18%). Les principaux achats effectués concernent les vêtements (71%), les produits culturels (59%) et les produits cosmétiques (50%). Viennent ensuite les transports (47%) et les services de billeterie (34%). Le temps hebdomadaire consacré au e-commerce est également très conséquent puisque 44% y passent plus de 3h. Ce temps ne comprend pas seulement l’achat mais également la recherche, la comparaison et la simple navigation. La confiance semble s’être bien installée pour les achats en ligne puisque plus de la moitié ont déjà acheté sur un site étranger. En revanche, en terme de supports, on reste sur le classique ordianateur. Les supports mobiles (tablettes et téléphones), ayant encore du mal à décoler. Le prix est l’attrait principal des sites e-commerce. Le fait de pouvoir comparer les prix permet de trouver facilement les marchands les plus compétitifs sans sortir de chez soi. Le côté pratique joue également un rôle très important notamment au niveau des horaires. Fini les horaires d’ouverture et de fermeture, même à 3h du matin il est toujours possible de faire du shopping ! Mais le système n’est pas encore parfait. La livraison reste le point principale d’amélioration selon les internautes françaises. Celles-ci souhaiteraient plus d’informations à ce sujet (66%) ainsi que des coûts de livraison moins élevés (55%). La peur du paiement non sécurisé est aussi fréquemment évoqué, surtout pour les sites de plus petite envergure. Au niveau des innovations attendues les deux principales sont :
  • la possibilité de commander en ligne et récupérer le produit dans un point de vente dans la journée
  • plus de géolocalisation
En revanche le social shopping ne convainc pas pour le moment. Qu’il s’agisse d’acheter sur un réseau social tel que Facebook ou de partager ses achats, les internautes sont loin d’être séduites. Le côté humain est tout de même une des demandes grandissantes ainsi que la possibilité d’avoir un vrai système de fidélité online.