Rassurez-vous, si vous utilisez Google Maps pour trouver le fleuriste le plus proche ou comme GPS à pied ou en voiture, rien ne change pour vous. En revanche, c’est très différent pour tous les professionnels du web.

 

Depuis le mois de juin 2018, la politique tarifaire de Google a bien changé. Le service Google Maps, gratuit à son origine était déjà devenu payant en 2015 pour les très gros utilisateurs. À l’époque déjà, certains avaient vu venir la situation actuelle. En effet, dès le mois de juin 2018, Google a annoncé ses nouveaux tarifs et ils changent la donne. Alors qu’en 2015 chaque site pouvait faire appel à ses API 25 000 fois par jour gratuitement, voilà qu’en 2018 ce nombre d’appel gratuit est devenu un avoir de 200$ offerts par mois ! De plus, le service est accessible uniquement une fois que vous aurez ajouté un moyen de paiement. Cela “au cas où” vous dépasseriez l’usage offert par Google. Les usages supplémentaires vous seront alors facturés, immédiatement et sans avertissements.

>Les nouveaux tarifs de Google Maps en détails

Plus simplement, tous les appels à toutes les fonctionnalités de Google Maps sont facturées, mais vous bénéficiez d’un avoir de 200$/mois (non cumulables) pour utiliser ces services. Au delà, les appels sont facturés en fonction des fonctionnalités utilisées. Vous serez facturés directement, grâce au moyen de paiement préalablement renseigné au moment de la création de votre compte Google Maps, si vous dépassez l’avoir de 200$ accordé pour chaque mois. . Face à cette situation Google vous propose un simulateur pour estimer les coûts de l’utilisation de Google Maps avec ce nouveau barème tarifaire.

>Le simulateur de coût de Google Maps

Entre hausse de 500% de certains tarifs et baisse du quota de gratuité de 96%, c’est une véritable révolution pour les professionnels du web. Pour faire face à cette nouvelle situation, nous avons sélectionnés des alternatives gratuites (ou presque) à Google Maps.

 

Les alternatives à Google Maps

Avant de parler des solutions existantes, il faut rappeler un point important. Ces services coûtent cher à développer, optimiser, maintenir et mettre à jour. Ainsi de nombreux observateurs estiment qu’envisager encore une solution entièrement gratuite est un leurre. De là à dire que Google a depuis des années créé une solution à très bas prix pour décourager la concurrence, il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas.

Penchons nous maintenant sur les solutions existantes pour remplacer Google Maps sur vos sites.

 

IGN – Géoportail

L’acteur français historique de la cartographie s’invite sur votre site web. Si le style des cartes n’est pas personnalisable, les tarifs sont intéressants avec des prix dégressifs gratuits jusqu’à 2 millions de transaction en B2C et 10 000 en B2B. De plus, avec l’IGN ce sont des cartes régulièrement mises à jour et un graphisme connu de tous les français.

Jawg.io

La start-up française de cartographie s’appuie sur les bases de Open Street Maps (voir plus bas) et propose un service ultra personnalisable totalement en français. Un service allant du simple fond de cartes au calcul d’itinéraire avec un style personnalisable pour l’intégrer au mieux sur votre site web.

Mapbox

Solution de mapping américaine, elle propose, comme Jawg.io, de nombreuses fonctionnalités et personnalisations pour correspondre au mieux à vos besoins.

Here

Solution américaine qui dispose de ses propres cartes. Leur particularité réside dans le fait qu’ils proposent des solutions assez innovantes basées sur la collecte des datas depuis de nombreux objets connectés.

Open Street Maps

C’est la seule et unique base de mapping open source au monde. Une sorte de wikipedia de la cartographie. Le service est aujourd’hui complètement gratuit et assuré par de nombreux bénévoles et les données stockées sur des serveurs donnés ou prêtés à titre gracieux.

En revanche, si demain, tout le monde quittait Google Maps pour utiliser cette application, celle-ci ne serait, à ce jour, pas prête à accueillir tout le trafic.

 

Avec ces changements, cela offre la possibilité à des applications alternatives de se faire connaître. Cependant, la cartographie de Google équipe déjà une large majorité des sites web, dont les plus influents. Ces hausses tarifaires suffiront-elles à redistribuer les cartes ? Seul l’avenir nous dira qui continuera d’aiguiller les internautes dans la bonne direction.