Le clickbait, ou piège à clic en français, désigne un contenu visant à inciter l’utilisateur à cliquer. Depuis quelques années ils prolifèrent sur les réseaux sociaux. Ces articles aux titres racoleurs facilitent le transfert de l’utilisateur de la plateforme sociale au site du créateur de contenu. L’utilisateur vient ainsi gonfler le nombre de visiteurs et permet aux publicités du site de s’afficher, ce qui n’est pas possible sur une plateforme sociale. La pratique du clickbait permet donc de générer des revenus pour un site web financé, le plus souvent, par la publicité.

Du titre au contenu

A l’image des titres dont une certaine presse s’est faite experte, le clickbait est racoleur et incite à cliquer. Ils revendiquent du jamais vu, de l’inédit, de l’incroyable… Pour un contenu rarement aussi surprenant que promis. Ces pièges à clics exploitent la curiosité de l’utilisateur. Dans sa navigation quotidienne et pour tromper l’ennui, celui-ci n’hésite pas à aller regarder des sujets promis comme étonnants. Il tombe d’autant plus facilement dans ce piège que les médias utilisant cette technique sont de plus en plus nombreux.

Le contenu est, dans la plupart des cas, visuel (vidéo buzz ou photo) et peu engageant pour l’utilisateur. La curiosité est le réel moteur de ce genre d’article. Le créateur du contenu doit tout faire pour garder en éveil le visiteur. Plus il passe de temps sur le site, plus de publicités s’afficheront et le site génèrera de revenus. Cela veut-il dire que tous les sites utilisant cette technique du clickbait sont à éviter ?

Notre époque de l’information et de l’infobésité fait qu’il est nécessaire pour tout média de se faire remarquer. Certains sites d’informations ont, parfois, recours au clickbait pour se faire remarquer. Le piège à clic permet alors d’attiser la curiosité de l’utilisateur dans un espace saturé d’informations et de faire remarquer un contenu de qualité.

Vous n’imaginez pas à quel point les clickbaits sont inventifs !

Afin de vous aider à repérer un piège à clics, voici une liste non exhaustive des meilleurs clickbaits :

La suite va vous étonner : un sujet et un spoil. Peu importe le thème, l’auteur vous prévient, la suite n’est pas ce à quoi vous vous attendez.

Le sex is money : Avec la censure de certains réseaux sociaux, une image un peu sexy aguiche l’utilisateur un peu coquin. Jouer sur le flou, le cadrage, l’important est de vous suggérer qu’il y a plus à voir sur le site.

Les illusions d’optiques : combien de triangles, de carrés ou de quelle couleur est cette robe… Ici en cliquant vous verrez mieux qu’une publication dans un fil d’actualité. Cliquez et vous saurez… ou pas.

Tout est dans le titre : Nous le savons, les internautes ont une capacité d’attention limitée sur les réseaux sociaux. Quoi de mieux qu’un titre racoleur qui explique déjà tout le contenu de l’article !

Le Même pas peur : des images à couper le souffle et votre petit cœur bat si vite, hop vous avez cliqué !

Le quiz : Quand on touche vos origines ou celles de vos amis bretons, marseillais, ch’tis… Tout ce que vous rêvez de savoir sur eux ou leurs clichés sont là !

La théorie inattendue : Votre film ou série préférée est revisité par un internaute, dévoilant que le grand méchant ou le héros n’est pas celui que vous adoriez !

La madeleine de Proust : Les douces années de votre enfance vous reviennent rien qu’au titre de cet article.

Le trop mignon : Un peu de douceur dans ce monde de brute ! Vous voilà les yeux aux bords des larmes en lisant ce récit incroyable mais vrai…

La psychologie inversée : Ne cliquez surtout pas !

Certains titres sont capables de mêler le meilleur des catégories précédentes. Si vous aussi vous voulez créer le meilleur titre possible sachez qu’il est possible de trouver des générateurs de clickbait pour un piège à clic encore plus efficace.

Halte au clickbait !

Ils sont partout ! Pour de l’information, du divertissement, les réseaux sociaux sont devenus un véritable réservoir à clickbait. Afin de lutter contre ce fléau qui envahit notre navigation les réseaux sociaux ont décidé de s’armer pour limiter l’impact de ces publications. Lors de la mise à jour de son algorithme, Facebook a intégré une nouvelle donnée pour réguler la portée des publications : le temps passé. Cela permet, selon les équipes de Facebook, de mesurer la qualité du lien sortant de Facebook. Si l’utilisateur passe beaucoup de temps sur celui-ci c’est qu’il est intéressant, donc de bonne qualité. L’algorithme ne va donc pas pénaliser ce contenu. En revanche si le lien sortant n’est pas intéressant, alors l’utilisateur va vite le quitter. Facebook le jugera alors comme mauvais et sa portée sera pénalisée.

Simple titre racoleur ou véritable source de revenus déguisés les clickbait exaspèrent les internautes. Pourtant c’est bien souvent la publicité qui permet aux sites internet de vivre. Alors est-ce à l’utilisateur de s’éduquer et de repérer un bon titre racoleur ou doit-on pénaliser tous les sites utilisant cette technique ?