Combien parmi vous se sont déjà dits qu’ils refusaient de s’inscrire sur un réseau social pour ne pas mettre en danger leur vie privée ? Si les réseaux sociaux sont souvent décriés pour leur manque de transparence concernant la question de la vie privée, il est bon de savoir quelles sont les informations que vous transmettez et également comment vous protéger.

Que transmettons-nous sur les réseaux sociaux ?

Avec le mail est apparu une crainte de l’Internet. Et si tout le monde pouvait lire ce que j’envoie à mon collègue, à mes amis, à ma famille ? Les réseaux sociaux reprennent cette crainte en la démultipliant grâce en partie à ce que vous en faites. Facebook est devenu le moyen incontournable de communiquer avec ses proches mais également de voir, d’épier leurs faits et gestes. Cette condition s’applique uniquement si vos contacts dévoilent leur quotidien sur les réseaux. Chacun est donc à même de décider quelle information doit être partagée, mais lorsque nos comptes sont réglés en « privé » qu’est ce que nous partageons ? Plus clairement, qu’est ce que les réseaux ont le droit de faire avec ces données ? Prenons l’exemple de Facebook, le réseau au 1,8 milliard de membres.   Dans la déclaration des droits et responsabilités du réseau il est indiqué : Le contenu et les informations que vous publiez sur Facebook vous appartiennent, et vous pouvez contrôler la façon dont nous partageons votre contenu, grâce aux paramètres de confidentialité et des applications. Cette première partie parle d’elle-même. La deuxième est plus intéressante. Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos (propriété intellectuelle), vous nous donnez spécifiquement la permission suivante, conformément à vos paramètres de confidentialité et des applications : vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation avec Facebook (licence de propriété intellectuelle). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d’autres personnes qui ne l’ont pas supprimé. Plus clairement, vous restez propriétaire de vos photos et vidéos et Facebook a le droit de les exploiter du moment où les fichiers sont rendus disponibles par l’utilisateur. C’est ce que cette licence, non-exclusive, transférable, sous-licenciable permet. La grande question est donc d’avoir peur ou non de cette utilisation. Concrètement, non. La licence permet à Facebook de se protéger mais également de protéger votre droit sur vos photos. Vos photos sur Facebook ne peuvent se retrouver ailleurs que sur Facebook sauf si vous avez personnellement posté vos contenus sur une autre plateforme. Qui plus est avez-vous déjà vu des photos de vos amis utilisées à des fins commerciales ? La seule utilisation concrète de vos données est celle que l’on retrouve dans les Facebook ads qui restent utilisées qu’au sein du réseau. Dans le cas de la photographie, vos photos uploadées sur Facebook sont envoyées avec leurs métadonnées (EXIF), c’est à dire que le réseau est capable de ressortir de vos fichiers, la date de création, l’heure, l’appareil utilisé et si celui-ci le permet vos coordonnées géographiques. En bref, énormément de détails.

Comment se protéger ?

Chaque réseau social permet de mettre en privé son profil. Le moins regardant sur ce respect de la confidentialité est aujourd’hui Google +. Mais le réseau a la particularité de se vouloir public avant tout. Facebook propose un grand nombre d’options de personnalisation de vos données transmises sur Facebook. Vous décidez de qui peut voir vos contenus, amis proches, tous vos amis, les amis de vos amis, tout le monde ou uniquement vous. Posez-vous également la question de ce que vous voulez diffuser sur les réseaux sociaux. Leur traitement du respect de votre vie privée ne peut leur être incombé si vous vous donnez allégrement aux joies du selfie, si vous postez tous les jours des photos de vos assiettes (pleines et vides) ou encore si vous n’hésitez pas à pousser des coups de gueules publics sur les réseaux. Vous devez être conscient que chaque données envoyées reflètent votre « vous 2.0 » et sont accessibles par tous. Si vous êtes préoccupés par votre image sur Internet, versez votre intimité avec parcimonie sur la toile et apprenez à maîtriser les réseaux sociaux. Si cela ne vous suffit pas sachez que chaque réseau dispose d’un « bouton rouge » vous permettant de supprimez vos données et votre profil. Toutefois certains réseaux se réservent le droit de garder vos données sur leurs serveurs quelques semaines avant d’être complètement supprimées Pour compléter votre lecture je vous conseille de lire ce très bon guide sur le partage en ligne créé par Clubic.