Le secteur culturel est en règle générale réticent aux avancées numériques y voyant plus une menace qu’une opportunité. Au contraire, utilisées à bon escient, les ressources numériques peuvent être un réelle coup de pouce pour ce milieu comme l’ont prouvé certains musées. Grâce aux nouvelles technologies, les internautes du monde entier ont commencé à avoir accès à l’art sous toute ses formes quelle que soit leur situation géographique. En quelques cliques, les oeuvres d’art des différents musées étaient accessibles et des visites virtuelles permettaient également de ne pas avoir à se déplacer. Tout ceci fut au départ une source d’inquiétude pour lesdits musées qui craignaient de voir leur affluence chuter au profit de ces visiteurs numériques. Avec le temps, nous avons pu voir qu’au contraire, loin de détourner les gens de visites réelles, ces versions online étaient l’une des meilleures publicités possibles. En effet, beaucoup de personnes un peu réfractaire à ce type de culture ont commencé à s’y intéresser et cela permuit de reconquérir le public habituel mais également de toucher un tout nouveau public. Loin de détourner les visiteurs, Internet prolonge et complète efficacement l’existence du musée dans la vie des visiteurs. Avecv le Google Art Project, Google s’attaque désormais à la numérisation des oeuvres. Des milliers de tableaux sont alors mis en ligne et permettent aux internautes de découvrir ou redécouvrir ces chefs d’oeuvre d’une manière différente. Là encore, les expériences online et offline se complètent l’une apportant l’émotion de la visite réelle et l’autre un complément d’information pour mieux comprendre l’art. La culture n’a donc pas à avoir si peur du développement d’Internet. De nombreux conflits existent dans les domaines du cinéma et de la musique mais plutôt que de voir Internet comme un ennemi, ne faudrait-il pas mieux le voir comme une formidable source de développement ?