A partir d’aujourd’hui, lundi 1er juillet, Google ferme définitivement son service de flux RSS, Google Reader, et ce conformément à une décision que le géant américain avait rendu publique le 14 mars dernier. Toutefois, les utilisateurs disposent encore de quelques jours (ils ont plus précisément jusqu’au 15 juillet) pour récupérer leurs données. Pour cela, il leur suffit de se rendre à l’adresse suivante : http://google.com/takeout et de sélectionner Reader comme service à exporter. Ainsi, les listes des personnes qu’ils suivent et qui les suivent seront sauvegardées, tout comme les articles qu’ils ont aimé ou partagé. Une fois cette étape effectuée, plusieurs alternatives ont été pensées pour qu’ils continuent de lire et d’organiser leurs flux d’informations au format RSS. Les voici (dans l’ordre alphabétique).

AOL Reader, la surprise

La première est la plus surprenante puisqu’elle est proposée par AOL, ce fournisseur internet éloigné du sol français depuis plusieurs années. Cependant encore en activité aux Etats-Unis, AOL est revenu sur le devant de la scène en proposant son équivalent à Google Reader, AOL Reader. Ce dernier n’est, actuellement, disponible qu’en version béta et même s’il n’est pas encore au point, il se révèle plutôt prometteur. AOL Reader L’utilisateur peut s’y connecter par l’intermédiaire de ses comptes Facebook, Twitter ou Google et retrouver un contenu similaire à celui de Google Reader. AOL Reader présente tout de même une nouveauté : au lieu de simplement fournir à ses utilisateurs la possibilité de « marquer tout comme lu », il leur propose d’éliminer les articles qui datent de plus d’un jour ou d’une semaine ; ce qui leur permet de désengorger facilement leur lecteur.

L’offensive de Digg

La deuxième alternative est celle lancée par Digg, site de partage de liens Internet, sous le nom de Digg Reader. Ce remplaçant est disponible depuis vendredi 28 juin sur iPhone et iPad, en version béta, mais également en ligne, depuis le 27 juin. Digg Reader Digg Reader se revendique comme identique à Google Reader, ce qui explique son caractère simpliste et intuitif. Les fonctionnalités les plus avancées seront d’ailleurs payantes. Le Reader mis en place par Digg fait, néanmoins, part de quelques faiblesses : il n’offre pas la possibilité de marquer les éléments comme lus et met, pour l’instant, à l’écart les utilisateurs d’Android puisque une telle version ne verra pas le jour avant quelques semaines.

Feedly, le remplaçant idéal?

Pour terminer, la dernière alternative est la plus populaire : il s’agit de Feedly. En effet, le service a vu considérablement augmenter son nombre d’utilisateurs en peu de temps : alors qu’ils étaient 4 millions au moment de l’annonce par Google de la fermeture de son Reader (mi-mars), ils étaient 12 millions fin mai. Autrement dit, en même pas deux mois, le site a vu son nombre de fidèles tripler. Feedly Son succès s’explique par le fait que Feedly est aussi simple et complet que Google Reader mais qu’il se révèle toutefois plus attractif visuellement. Conscient d’être le successeur le plus convenable à Google Reader, Feedly entretient d’ailleurs sa filiation avec celui-ci : il permet ainsi à ses utilisateurs de signer une carte virtuelle souhaitant une bonne retraite à Google Reader.

Les autres alternatives à Google Reader

D’autres alternatives sont bien évidemment disponibles. Parmi elles, nous pouvons citer le français Leed, Taptu ou encore Flipboard. D’ailleurs, Facebook s’apprêterait lui aussi à présenter un successeur à Google Reader en s’inspirant de Flipboard dans le but de « faire de Facebook un journal personnalisé ».