Le monde de Google+ est entrain de bouger avec la barre fatidique des 500 millions de membres atteinte et l’arrivée d’une nouvelle fonctionnalité, la création de communautés. Un an et demi après son entrée sur le marché des réseaux sociaux déjà saturé par deux mastodontes, Facebook et Twitter, Google+ nous prouve qu’il a bien sa place parmis ces géants en atteignant les 500 millions de membres dont 235 millions considérés comme actifs dans l’intéractivité avec le bouton +1 ou les hangouts et 135 millions de membres actifs directement au sein de Google+. Il y a une réelle progression du réseau social qui suit la même voie que son principal concurrent, Facebook. En termes de chiffres, la différence est la même sur la durée. Le réseau, encore tout jeune, se perfectionne chaque jour et intègre ses différents services au sein même de Google+.

La création de communautés

Nouvelle fonctionnalité tout juste arrivée, la création de communautés vient concurrencer les groupes Facebook. Très semblables, l’ajout d’une telle fonctionnalité sur Google+ est la bienvenue quand on considère que la population présente sur le réseau de Google est plus professionnelle que celle sur Facebook. Les communautés peuvent être publiques ou privées et sont centrées sur des domaines précis. Rien d’excitant dans cette nouvelle si ce n’est que Google+ se décide de rattraper son retard et de proposer des outils indispensables. Si la force du réseau est incontestable, Google doit maintenant s’approprier un public déjà conquis par d’autres plateformes bien plus complètes sur de nombreux points.

Snapseed devient gratuit et vient concurrencer Instagram

Tout juste racheté par Google, l’application Snapseed arrive sur Android (en plus d’iOS) et devient gratuite. Principal concurrent d’Instagram, l’idée de Google derrière cette acquisition de la société Nik Software et de la gratuité est de venir prendre des parts de marché chez Instagram, propriété de… Facebook. La version desktop reste toujours payante (19,99$). Posséder Snapseed est une opportunité pour Google d’apporter de nouveaux internautes sur Google+ et avoir la main mise sur un ensemble de process (photo, édition, partage). Ceci explique la désactivation du partage des photos Instagram sur Twitter. En bref, la guerre des réseaux sociaux continue.